Dominion - Mercenaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dominion - Mercenaires

Message par Cap' le Lun 18 Jan - 16:16

Code:
<blockquote>
<div class="Titre1">L’argent peut tout acheter : Les compagnies Mercenaires</div>
 
<img src="http://i81.servimg.com/u/f81/16/48/67/43/1396x810.jpg" class="Déco"><div class="Légende">Soldats des Corbeaux Tornades en attente d’un abordage</div>
 
Si Horizon et la multitude d’autres organismes de presse –et de propagande- du Dominion martèlent que la race humaine survivra par ses propres moyens si tous contribuent, la réalité est tout autre, et les stratèges sont bien moins confiant qu’ils ne le paraissent. Les Orks innombrables, les Karaks disciplinés ou les Shilohs dévastateurs sont des ennemis bien trop dangereux pour être pris à la légère, et les sécessionnistes n’avaient ni l’armement, ni la préparation pour vaincre. Mais, si l’on doit caractériser l’homme par un mot, ce serait sans doute cupidité, et c’est quelque chose qui plaît grandement aux entreprises richissimes à la tête des rebelles. Suite à la désertion de la fédération, certains de ses soldats se sont regroupés en organismes indépendants, parfois sans grande importance, et parfois formant de petites nations fortes d’un savoir-faire presque inégalable dans cette partie de l’univers. Ces groupuscules se sont renforcés au fil du temps, et les plus importants d’entre eux sont restés neutres, ou ont vendu leurs services aux plus offrants, formant de redoutables armées de mercenaires capable de tenir tête à toutes les horreurs de la galaxie… Ou presque.
 
<div class="Titre1">Les Corbeaux Tornades, commandos d’exception :</div>
 
Si le mercenariat existait déjà avant l’indépendance, puisque certains pouvaient vendre leurs services comme armées privées, ou comme explorateurs, celui-ci a vraiment connu son expansion durant les premiers affrontements contre les Acolytes de la Vérité. Devant les masses ennemies, il se fit vite clair qu’il fallait un soutien aux forces coloniales, et les compagnies furent alors engagées par dizaines pour former des auxiliaires efficaces tout en piochant dans une réserve que les entreprises pouvaient se permettre de dépenser sans compter : l’argent. Rapidement, de plus grandes formations s’organisèrent, et c’est ainsi que naquirent les grandes organisations paramilitaires de notre époque, des troupes d’élites à la discipline de fer et ne respectant que deux choses : la puissance d’un canon, et l’argent coulant à flots. Il va sans dire qu’être une arme à vendre impose de se retrouver dans un certain nombre de situations difficiles, surtout si l’on veut survivre, et l’entraînement pour faire partie d’une élite capable de combattre chaque jour, survivre et venir chercher sa paye est terrible.
 
Certaines de ces organisations de mercenaire se sont tournées vers le recrutement par volontariat, piochant dans les planètes du Dominion au hasard, acceptant tous les nouveaux membres pour les former par la suite, mais ce système fit vite preuve de ses limites… Des adolescents voulant voyager aux personnes trop faibles pour tenir une arme, la qualité des recrus laissait terriblement à désirer, et peu survivaient bien longtemps. Finalement, adoptant un système plus sérieux, les recruteurs se mirent à sélectionner du mieux qu’ils pouvaient ceux qui souhaitaient les rejoindre, écartant nombre de candidature, et proposant à des personnes à l’air prometteur d’intégrer leurs rangs sans même que les concernés n’aient tenté une quelconque approche. Une fois engagés, c’est un entraînement terrible qui a lieu, d’abord sur des principes assez théoriques comme la tactique ou le fonctionnement d’une arme, pour finalement arriver au cœur du sujet : l’entraînement physique.
 
Entraînés par des vétérans, les recrues sont « martyrisées » sans pitié durant des années pour les former à la rigueur du champ de bataille. Ils apprennent à ne pas dormir, à recharger une arme en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, et à viser en un clignement d’œil. La discipline de fer et les formations dispensées par des professionnels de la guerre la voyant de près tous les jours en font des troupes bien plus efficaces que les armées régulières en combat solos ou en commandos, mais moins bien organisés ou travailleurs en équipe lors des batailles à grande échelle. Ils sont également en avance sur la technologie par rapport au Dominion –qui leur a déjà acheté un certain nombre de plans d’armes en tous genre-, puisqu’ils sont également pirates, et s’attaquent régulièrement aux transports de la fédération dès que ceux-ci ont le malheur de sortir du système solaire où le reste de l’humanité se cache. Considérés comme des opportunistes, ils ne sont pas franchement bien vus par les populations qu’ils défendent, mais cela ne leur importe guerre : ce qui compte c’est la paye.
 
<div class="Titre2">Entraînement, équipement et cybernétisation :</div>
 
<img src="http://i81.servimg.com/u/f81/16/48/67/43/we_are10.jpg" class="Déco"><div class="Légende">Division des Corbeaux Tornade débarquée au milieu des troupes du Dominion. On se moque souvent de leur sens du spectacle, mais c’est également l’une de leurs grandes forces.</div>
 
Entraînement et cybernétisation:
 
Lorsqu’une recrue est acceptée parmi les Corbeaux Tornades, elle subit un entraînement intensif, aussi exténuant que douloureux physiquement pour arriver à ses capacités. N’ayant pas les moyens comme le programme PRAETOR de disposer d’améliorations génétiques, les mercenaires poussent jusqu’aux limites du possible ce que peut faire le corps humain, et cela donne de très bons résultats jusqu’à présent, les plaçant comme les meilleurs soldats de la galaxie. Ceux qui échouent à cet entraînement ressortent souvent brisés, aussi bien physiquement que mentalement, parce qu’ils ont eu à subir, mais on ne fait pas filtre plus efficace pour un corps d’élite. Ce que certaines personnes pensaient inaccessibles à la race humaine devient de l’ordre du possible pour les corbeaux tornades, des combattants qu’il vaut mieux éviter d’avoir face à soi. Toutefois, ces derniers ne se satisfont jamais de ce qu’ils sont capables de faire, cherchant toujours à être plus meurtriers et solides à la fois, et c’est pour cela que nombre d’entre eux (parmi les plus âgés surtout) se font greffer des implants cybernétiques décuplant leur puissance.
 
Ces implants cybernétiques sont très variés puisqu’ils ne sont en aucun cas obligatoires, mais les médecins et armuriers des vaisseaux proposent une palette qui revient souvent, notamment pour les plus efficaces d’entre eux. Les premiers sont bien évidemment les membres cybernétiques complets, remplaçant un bras ou une jambe et permettant de démultiplier la force du membre tout en le rendant passablement plus lourd. Certains sont équipés d’options diverses comme des armes intégrées directement à la structure métallique, mais dans l’ensemble c’est une façon d’avoir un bras plus fort, et plus sûr puisqu’il ne tremblera jamais une fois bloqué. Les systèmes de smartlink sont également très en vogue chez les Corbeaux tornades, consistant en une puce dans la paume de la main et une derrière l’œil, la première se connectant automatiquement à une arme intégrant sa propre partie du système smartlink (un grand classique des armes de la compagnie). Une fois connectée, la puce dans la paume de l’utilisateur envoie des données à la puce située derrière l’œil, et celle-ci transmet en temps réel des informations à celui-ci par le biais de légères impulsions électriques faisant apparaître des images transparentes sur la rétine améliorant notamment la précision des tirs, mais permettant également d’ordonner à l’arme de libérer un chargeur vide d’une simple pensée. Le dernier implant est plutôt utile à la communication : c’est un système subvocal enregistrant des sons à très basses fréquences et permettant de parler sans nécessiter un communicateur. Il suffit de marmonner quelque chose de complètement inaudible, et un subtil recoupement entre le son et les vibrations permet à ce système de transmettre un message cohérent sur une fréquence définie à l’avance, bien utile au milieu d’un combat ou dans une situation où il s’agit de se montrer totalement discret comme lors d’une mission commando.
 
Équipements particuliers :
 
Dans un monde où la fiabilité et la valeur de votre équipement sont régulièrement garants de votre survie, vous avez intérêt à vérifier plusieurs fois celui-ci avant de partir au combat. Le premier de tous, puisque c’est celui qui est supposé vous protéger, est l’armure. Etant des unités de commandos et d’infiltrations, les Corbeaux tornades ne sont pas vraiment du genre à porter les armures lourdes que d’autres militaires affectionnent par soucis de protection. Un gilet matelassé est souvent l’unique chose qui protège ces soldats d’exceptions des tirs de plasmas adverse, et pourtant il est bien plus que suffisant puisque les mercenaires misent sur la rapidité plus que sur la protection. Souvent agrémentés d’insigne ou de capes de cuir pour se donner un certain style, ces dernières ne sont guère utiles en termes de défense, mais il est vrai que cela leur donne une certaine allure. D’autant plus qu’ils sont toujours masqués à l’aide d’un masque à gaz, ou le casque refermés pour alimenter cette image de terreur qu’ils laissent dans leur passage.
 
Ces armures, comme dit plus haut, forment réellement des protections très superficielles, mais surtout discrètes lorsqu’il s’agit de passer inaperçu. La spécialité des mercenaires étant de se faufiler derrière les lignes ennemies pour prendre à revers ces derniers, pas question de se faire repérer par une couleur trop éclatante, ou un cliquètement mal venu. On trouve en général des ceintures de munitions en tout genre, notamment des cellules à énergies pour les fusils à plasma régulièrement utilisés par la compagnie, mais également un certain nombre de grenades, ou explosifs plus lourds dans certains cas. Les fusils sont parmi les meilleurs de ce coin de la galaxie, de bien meilleure facture que l’arme du soldat moyen de la troupe coloniale, et forment des armes redoutables contre n’importe quel peuple non protégé, comme les Orks, leurs principaux ennemis. Des accumulateurs cinétiques renforcent également régulièrement les protections de bras pour donner un surplus de puissance lors des coups de l’utilisateur, les Corbeaux Tornades opérant régulièrement à courte distance voir même directement au contact.
 
Enfin, les mercenaires se servent d’un certain nombre de véhicules pour les transporter au plus fort de l’action. Premièrement, la flotte des corbeaux Tornade n’est pas aussi puissante qu’une flotte de guerre du Dominion, et pour cause, elle n’utilise pas ses vaisseaux aux mêmes fins. Premièrement, ce qu’ils appellent une « barge de bataille » sert de plateforme tournante pour les unités, une sorte de porte-avion spatial agissant comme QG portable. Il est escortés de deux croiseurs en général, mais guère plus. La majorité de la flotte est donc composée de frégates, de corvettes et de vaisseaux  de transports rapide supposés transporter les troupes jusqu’au théâtre des opérations dans le plus court laps de temps possible. En termes de bombardement orbital ou de bataille spatiale à grande échelle, ne pensez pas à vous adresser aux corbeaux tornades, excepté peut-être pour aborder un vaisseau ennemi.
Une fois au sol en revanche, les mercenaires sont bien mieux équipés que dans l’espace. Reposant principalement sur leur vitesse de frappe, ce sont les véhicules légers qui sont privilégiés par la compagnie, allant des moto-jets aux transports de troupes rapides, les pilotes de ces engins sont aussi bons que les as du Dominion, capable d’éviter des tirs de laser lourd avec une précision effroyable. Dotés également de jeeps tous-terrains bardées d’armes anti-personnel en tous genres, ce sont des outils plus que pratiques puisque permettant de se déplacer partout sur le champ de bataille pour apporter du soutien là où il y en a besoin, et optionnellement rapatrier des troupes en catastrophe. Quelques véhicules du génie forment l’arrière garde, permettant de poser des explosifs là où il faut vaporiser un objectif, et de couvrir la retraite des troupes grâce à des pièges adroitement dissimulés ; mais vous ne verrez jamais un homme des corbeaux tornades aux commandes d’un véhicule comme un tank ou quoique ce soit d’aussi lourd.
 
<div class="Titre2">Condition d'engagement et doctrine :</div>
 
<img src="http://i81.servimg.com/u/f81/16/48/67/43/krieg_10.jpg" class="Déco"><div class="Légende">Unité de reconnaissance des Corbeaux Tornade tenant une position en attendant l’évacuation.</div>
 
Formée d’environ une dizaine de milliers de membres, les Corbeaux Tornades sont très peu nombreux comparés aux forces dantesques que déploie le Dominion sur tous les fronts qu’il occupe. Ils sont de ce fait organisés en petite compagnie d’environ une dizaine de membres, chacun spécialisé dans son domaine particulier, allant de l’armement lourd à la médecine en passant par les éclaireurs, les artificiers et les snipers. Très versatiles, ils sont capables d’être débarqués dans n’importe quelle situation et de faire des miracles en utilisant des tactiques de commandos visant à faciliter la tâche à leurs troupes plutôt qu’à anéantir l’ennemi : l’accent est mis sur la disparition des commandants, l’interruption des lignes de ravitaillement et l’explosion des dépôts de munitions, aussi bien pour priver les Acolytes ou tout autre adversaire de leur matériel que pour les démoraliser. Du genre solitaire, ils acceptent les missions qu’on leur donne, mais ne collaborent pas avec le reste des troupes coloniales, assurant leur réputation… Et gonflant leur orgueil déjà démesuré.

</blockquote>








<blockquote><div class="Titre1">La compagnie Dorée, défenseurs de fer</div>

<img class="Déco" src="http://i81.servimg.com/u/f81/16/48/67/43/spacem10.jpg"><div class="Légende">Soldats de la compagnie dorée au cœur de la bataille</div>

Lorsque la fédération se retira des systèmes coloniaux, nombre de ses soldats restèrent en arrière alors que leurs amis et leurs supérieurs retournaient se terrer dans le système solaire. La compagnie dorée est celle qui a récupéré ces hommes, les a organisé et en a fait une troupe de mercenaire meurtrière, et œuvrant pour la survie de l’espèce Humaine. Ses chefs font partie des plus hauts gradés ayant refusé de partir ou ayant été abandonné dans l’espace colonial lors de l’indépendance, et ils ont vite fait de reprendre en main d’abord leurs propres troupes, et ensuite toutes celles qui étaient restées sans supérieurs direct et qui désiraient les rejoindre, formant une armée à nouveau en suivant le même fonctionnement que la fédération à l’époque, mais leur objectif avait changé : il n’était plus de défendre les intérêts du régime terrien, mais de vendre leurs services. Toutefois, il est un peu précipité de dire cela, dans un premier temps la compagnie s’engagea auprès du Dominion pour la survie de l’espèce humaine, et pas pour des gains quelconques… Mais il se fit bien vite clair qu’elle ne pouvait subvenir à ses besoins sans payements, et ne souhaitant pas rentrer dans le giron de l’armée sécessionniste, les responsables exigèrent de se faire rétribuer pour continuer la lutte… En restant moins avides que leurs collègues des corbeaux tornades.

Une armée terrienne rebelle restait dans le secteur, et même s’ils avaient déjà tenté de rassembler la plupart des anciens militaires fédéraux sous leur bannière, les premiers faits d’armes de la compagnie dorée la firent connaître aux quatre coins du secteur, et les recrues commencèrent bien vite à arriver. Contrairement aux Corbeaux Tornades menant une politique de sélection très stricte, ces mercenaires acceptent tout le monde sans exception, mais n’ont pas fait l’erreur de leurs concurrents, et affectent chacun en fonction des compétences qu’il possède, même si celles-ci se limitent à nettoyer les toilettes, et tous auront leur part du butin… Plus importante pour les combattants bien évidemment, mais que voulez-vous, on paye au mérite. Cela fait également de la Compagnie Dorée l’organisme mercenaire le plus peuplé, avec environ soixante mille âmes sous ses ordres, une armée conséquente donc, mais également beaucoup de servants, de personnes servant à fabriquer des munitions ou à entretenir les machineries, tout comme des fermiers et d’autres métiers étranges pour des mercenaires. A bords des immenses vaisseaux de la compagnie c’est une véritable microsociété qui s’est installée, le tout dans le but de fournir matériel et soutien aux soldats.

Ceux-ci sont en général des vétérans, et même les nouveaux venus sur le champ de bataille sont déjà bien au courant des choses de la guerre. La compagnie ayant été créée par des anciens officiers Terriens, elle a repris son système de fonctionnement, mais pas son mode d’entraînement… En effet, les soldats restent bien plus longtemps à la caserne à apprendre à se servir d’un fusil, mais également comment survivre avant d’être envoyés au combat, et de nombreuses simulations confrontent différents camps d’entraînement pour mieux préparer chacun de ces guerrier à affronter la violence du champ de bataille. La formation est toutefois moins dure que les Corbeaux Tornades, aussi ceux-ci pourraient sans doute aisément vaincre un membre de la Compagnie Dorée sans son équipement, mais une fois celui-ci prêt à sauter pour rejoindre les combats, c’est la balance qui s’inverse. Ils sont considérés comme des soldats œuvrant pour le bien du plus grand nombre et très respecté dans l’espace du Dominion, mais ont également la réputation d’avoir un courage sans faille, et de se relever qu’importe la blessure qui leur est infligée.

<div class="Titre2">Entraînement, équipement et cybernétisation :</div>

<img class="Déco" src="http://i81.servimg.com/u/f81/16/48/67/43/space_10.jpg"><div class="Légende">Transport de troupes lourd de la Compagnie Dorée, un engin capable de mener ses membres jusqu’au cœur du combat en résistant à de nombreux tirs adverses.</div>

Entraînement et cybernétisation :

Lorsqu’une recrue est acceptée dans la Compagnie Dorée, on juge d’abord ses capacités. Cela dépend grandement de ses origines et de ce qu’elle a fait de sa vie jusque-là (un mécanicien sera sans doute utilisé pour s’occuper de la machinerie par exemple), mais également de ses aptitudes et de sa volonté. Une personne motivée et relativement forte qui souhaite combattre, même si elle n’a jamais touché à un fusil de sa vie, pourra sans doute faire partie des troupes mercenaires tout de même. Une fois déterminée la section dans laquelle le nouveau venu officiera, on passe à la phase d’entraînement, et c’est alors que l’on juge réellement les candidats. S’il n’est pas aussi dur que celui des Corbeaux Tornades, la préparation pour devenir membre des troupes de la compagnie est tout de même éprouvante… Dans un premier temps, c’est un entraînement purement physique, visant à atteindre notamment une force et une masse musculaire importante en vue du futur, puis c’est un entraînement théorique qui a lieu, formant les jeunes recrues aux arcanes de la stratégie de base, à reconnaître les points importants, les terrains aisément défendables et les troupes sur le point de flancher. Une fois fini ceci, c’est presque le passage au combat, mais il reste encore une épreuve : affronter un autre camp. Les camps d’entraînements sont répartis sur les différents vaisseaux de la Compagnie Dorée, dont deux sur leur vaisseau Amiral (considérés comme prestigieux par leurs membres), et à la fin de la formation c’est une gigantesque simulation qui a lieu, une reconstitution d’une véritable bataille alors qu’un camp joue le rôle d’un protagoniste, et l’autre de ses adversaires. Survivez à ceci, et vous serez prêts à aller au front… Soyez touché, et il vous faudra recommencer.

Au vu de l’équipement que la Compagnie Dorée utilise, ses membres se servent souvent d’implants cybernétiques pour aussi bien renforcer leur puissance physique déjà destructrice que d’améliorer leurs capacités au combat. Les systèmes smart link sont également utilisés, à l’instar des Corbeaux Tornade, tout comme les membres complètement cybernétisés ou les communicateurs subvocaux. Toutefois, ces modifications sont bien plus présentes dans la compagnie, plus fréquentes donc, et avec des modèles revenant souvent plus diversifiés. Premièrement, l’œil cybernétique complet est un grand classique : accepter de perdre un globe oculaire pour qu’une caméra capable de zoomer, de passer en mode infrarouge et toutes sortes de possibilités en rapport avec la vue soit installée à la place. Les réflexes câblés sont également un grand classique, utilisant des câbles passant sous la peau pour transmettre l’information bien plus vite que par voie neurale, augmentant donc d’autant les capacités de son propriétaire en terme de vitesse ou de réaction, mais lui procurant également la sensation de vivre au ralenti. Enfin, certains utilisent des régulateurs de sommeil, des machines faisant dormir les parties du cerveau les unes après les autres et permettant donc de se satisfaire de beaucoup moins de repos, pour être toujours prêt à aller sur le front.

Equipements particuliers :

Les membres de la compagnie dorée sont souvent des anciens soldats de la fédération terrienne comme dit plus haut, et de tous les rangs, ce qui implique qu’il existe encore certains PRAETOR dans leurs rangs. En réalité, il y en a trois seulement qui ont rejoint les mercenaires après avoir refusé d’abandonner le Dominion, mais cela suffisait aux armuriers de la compagnie, qui ont examiné de fond en combles les armures EGIDE des soldats, pour avancer leurs propres protections. Les armures utilisées par les soldats de la compagnie sont des versions plus légères et moins avancées de celles utilisées par les guerriers d’élite de la fédération, moins efficaces mais toujours terriblement utiles. Bien évidemment, leur poids est également bien trop lourd pour un être humain, mais un jeu subtil entre l’emboîtement des différentes plaques d’armures et les pistons placés dans les jambes et le bas du dos de la protection permettent à des humains normaux de les porter malgré tout, même si cela reste difficile (et explique pour beaucoup l’entraînement visant principalement à augmenter la force des nouvelles recrues, puisqu’il faut une certaine constitution pour supporter ce poids plusieurs heures par jour).

Ces armures donc, possèdent plusieurs des qualités des armures EGIDE, comme la protection renforcées qu’elles offrent, et le mini réacteur à fusion froide. Toutefois, le bouclier énergétique qui équipe ces protections est loin d’être aussi efficace que celui des PRAETOR, la plupart de l’énergie provenant du réacteur servant à faire marcher les pistons soutenant l’armure, mais également à booster la force de son utilisateur et son agilité par le même billet. Les soldats en armure complète font près de deux mètres vingt en moyenne, et ils pourraient casser un mur de brique d’un coup de poing, ce qui les rend terrible aux yeux de leurs ennemis. Leur armure les ralentit toutefois, en faisant des machines de guerre capable de trancher un ennemi en deux d’un seul coup, mais ayant beaucoup de mal à se déplacer rapidement sur de grandes distances, et les obligeant à se servir de véhicules pour les porter jusqu’aux zones de combats. Contrairement aux armures EGIDE de la fédération, celles-ci n’intègrent pas l’interface neurale, ni l’IA perfectionnée, faute de la technologie suffisante dans le second cas, et n’en ayant pas l’utilité dans le premier, tout au moins au goût des soldats.  Cet équipement est ajouté à de redoutables fusils ou pistolets plasmas, à de nombreuses armes lourdes ou explosives, mais également à des armes de corps à corps. En effet, après les premières attaques Orks, les stratèges de la compagnie se rendirent compte que ceux-ci combattaient régulièrement au corps à corps, et qu’il fallait quelque chose pour les arrêter… Les membres équipés de ces armures étaient tout indiqués, et la production d’armes de corps à corps toujours plus meurtrières commença, avec les classiques épées tronçonneuses, mais également des haches ou des marteaux utilisant des champs électriques pour faire plus de dégâts à l’impact. Toutefois, ces armures sont si rares et complexes à produire qu’elles sont réutilisées en permanence, et toujours réparés lorsque c’est encore possible, et en perdre une est terrible pour la compagnie, autant pour l’homme à l’intérieur que pour la valeur de cet équipement.

Enfin, la Compagnie Dorée dispose de plusieurs véhicules pour transporter ces soldats au front, et les soutenir par la suite. D’abord leur flotte de guerre. Celle-ci est composée de vaisseaux de la fédération que celle-ci a laissée derrière elle, ou qui se sont mutinés pour ne pas fuir, refusant la lâcheté de leurs dirigeants originaires de Saturne. Un Star Dreadnought a même été récupéré, servant de vaisseau amiral à l’ensemble des mercenaires, escorté de quatre croiseurs en permanence, formant une force de frappe formidable. Une dizaine de frégates se rajoutent à ce nombre, apportant une puissance de feu de soutien appréciable, mais les corvettes ne sont guère appréciées, trop faibles aux goûts des pilotes de la Compagnie, il n’y en a donc que deux ou trois, servant d’éclaireurs en général. Enfin, plusieurs vaisseaux de transport, en général équipés d’armement de soutien, forment la fin de cette flotte. Les bombardements orbitaux sont monnaie courante pour la Compagnie Dorée, avant de débarquer en force.
Et, quelle force de débarquement ! Encore une fois à contre-courant des corbeaux Tornades, l’équipement au sol de ces mercenaires est effrayant. Constitué presque uniquement d’armement lourd, personne ne souhaite affronter cela de front. Plusieurs Tanks super-lourds, et d’autres machines qui pourraient presque prétendre à ce nom forment le noyau de cette force de frappe, une fois le danger déblayé par une artillerie qui rivalise pour prétendre au titre de plus gros calibre de la compagnie… Voir même de la galaxie. Pas question d’éviter un tir lorsque l’on dirige un véhicule de la Compagnie Dorée, on attend que le blindage ait absorbé le coup, puis on riposte. Mêmes les transports sont très bien protégés, emportant en général avec eux plusieurs armes légères anti-personnel, mais également des canons capables d’éventrer de petites fortifications. Quelques véhicules de soutien forment la fin de ces compagnies de blindés, réparant ceux trop endommagés pour continuer le combat, et rapatriant les équipements trop précieux pour être perdus. Et, tous ces véhicules, aussi bien spatiaux que terrestre, sont repeints d’une couleur or une fois entre les mains de la compagnie, parfois agrémentée de rouge, ce qui les distingue de tous en combats, et contribue à accroître leur légende.

<div class="Titre2">Condition d'engagement et doctrine :</div>

<img class="Déco" src="http://i81.servimg.com/u/f81/16/48/67/43/11505910.jpg"><div class="Légende">Le Star Dreadnought aux mains de la compagnie Dorée, peint en rouge et or comme le veut la tradition.</div>

Si les corbeaux tornades forment une compagnie spécialisée dans les commandos et les opérations de sabotage, c’est exactement l’inverse pour la compagnie dorée. Plus nombreux à la maintenance, mais gardant un effectif proche de la cinquantaine de milliers de soldats, ces mercenaires sont friands des engagements frontaux et pas des missions d’infiltration. Ils sont organisés en compagnies d’une dizaine de membres également lorsqu’il s’agit d’infanterie, mais possèdent tous à peu près le même savoir-faire guerrier excepté le médecin de la troupe supposé s’occuper de ses frères blessés. Les autres sont simplement des machines à tuer, que ce soit au corps à corps ou à distance, mais ne savent faire que cela, aussi donnez-leur une mission requérant de la finesse et vous aurez bientôt un fiasco sur les bras. Leurs troupes blindées sont réparties en division de cinq tanks, organisés pour tenir le front, et le génie est organisé indépendamment, intervenant là où l’on a besoin de lui. Ce sont d’excellents combattants, capables de contenir les troupes ennemies lorsque la situation semble perdue, d’enfoncer les lignes ennemis sans broncher ou de faire pleuvoir la mort sur les légions Orks. Ils restent toutefois avant tout des défenseurs de l’humanité, et des hommes qui ont renoncé à leurs postes et aux privilèges qui en découlent par honneur, refusant de fuir en abandonnant derrière eux les plus faibles. </blockquote>
avatar
Cap'
Admin

Messages : 45
Date d'inscription : 22/06/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum